21 septembre 2018
Home / News / 2018 / La Grande Plage de Biarritz sera désormais surveillée 6 mois par an

La Grande Plage de Biarritz sera désormais surveillée 6 mois par an

Dire que les plages ne sont fréquentées qu’en été est désormais dépassé ! La semaine de grand beau temps que nous venons de vivre nous l’a d’ailleurs démontré.

C’est pour s’adapter à ce phénomène que Biarritz proposera désormais une surveillance quotidienne de la Grande plage 6 mois par an, du 5 Mai au 31 Octobre 2018 !

Les autres plages ne seront pas oubliées puisque la Ville travaille en étroite collaboration avec le BSC (Biarritz Sauvetage Côtier) pour mettre en place de veilles selon les conditions météo.

Pour rappeler l’importance de la sécurité sur le plages à Biarritz, voici quelques chiffres clés :
– 53 sauveteurs municipaux complétés par 4 CRS assureront la sécurité des baigneurs sur la Grande Plage en juillet et en août
– Les plages de la Côte des Basques et de la Milady seront surveillées tous les jours du 16 juin jusqu’au 16 septembre (+ week-end du 9/10 juin et le mercredi 13 juin)
– la plage du Port-Vieux elle, sera surveillée tous les mercredis et les week-ends du 9 au 30 juin et du 1er au 16 septembre, en plus de la surveillance quotidienne sur juillet-août
– les plages de Miramar et Marbella seront surveillées en juillet et août

A Voir !

Attention : les vagues atteindront 3 mètres à Biarritz en fin de journée ce mardi

Septembre sur la côte basque rime souvent avec soleil et surf. Ce mardi 18 septembre …

3 commentaires

  1. En ce qui concerne la surveillance des plages très bonne initiative, trop de morts hélas en été. Manque-t-il des moyens aux sauveteurs pour diminuer les mortalités ? Auxquels cas il faudrait y subvenir.

    • Ce ne sont pas les sauveteurs qui manquent de moyens, quoique….
      ce sont surtout les imprudents qui manquent de jugeote, du moins pour ceux qui ne respectent pas les limites par exemple
      .ou ceux qui préjugent de leurs capacités nautiques, face aux courants ou aux vagues

    • Oh , quel cas ! !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *